Leonard Cohen, Livre de la Miséricorde, 15€   Un artiste honnête, de ces créateurs du verbe qui nous emmènent sur les chemins humbles de leur recherche métaphysique. Le génial Cohen emporte le lecteur vers ses doutes, ses éclairages et ses révélations, en dehors de tout dogme ou d’une institution sclérosante. A lire, à relire.  Charles

Librairie d’étincelles

3 rue Jean-Jacques Rousseau 74000 Annecy

Tel : 04 50 45 25 95

 

la-procure-librairie-d-etincelles-logo-droite

Il ne s’agit pas de faire, mais d’être, d’exister en forme de don et d’ouvrir un espace par notre seule présence, d’être un vivant par le sourire à travers nous de la divine bonté.

Mille fois par jour nous risquons d’abîmer la vie en nous et dans les autres, de faire écran à la lumière et à la joie et d’empêcher les autres de découvrir l’amour qui les attend au plus intime d’eux-mêmes. Mille fois par jour nous risquons d’ « éteindre l’Esprit », comme dit saint Paul (1 Th 5,19), c’est-à-dire d’effacer Dieu.

C’est vrai ! Dieu meurt. Il suffit que nous nous repliions sur nous-mêmes pour que la lumière ne circule plus, pour que nos antagonismes resurgissent, pour que toutes les oppositions se fassent jour, que tous les conflits se rallument, que toutes les guerres se déclenchent, que toutes les haines fassent explosion.

Au lieu de nous entêter à nous expliquer, essayons de nous faire crédit mutuellement, apprenons à écouter le battement du cœur humain, à écouter le secret des âmes, à écouter le murmure de la grâce qui besogne silencieusement afin de consentir de toute notre âme à ce règne de Dieu qui ne peut se répandre qu’à travers la bonté, l’amitié, le tact, la déférence et le respect. La plupart des hommes ne sont pas si corrompus qu’ils ne demeurent insensibles à l ‘amour ; il est rare qu’ils résistent à une bonté désintéressée.

Nous serons étonnés de voir combien rapidement on peut s’entendre lorsqu’on se trouve unis, alors qu’on se croyait séparés, lorsqu’on s’aperçoit que les âmes rendent le même son parce qu’en réalité elles vivent toutes de la même présence et du même amour.

Quel ostensoir nous deviendrait chaque être, en vérité, si nous allions à la rencontre, en lui, de cette pensée divine qui est son identité véritable, si nous l’abordions avec le plaisir de dégager en lui cette part d’infini qui doit rayonner par lui ! Les relations entre personnes sont conditionnées par l’amour, par un engagement mutuel et la connaissance dans cet univers interpersonnel est rigoureusement fonction du don de soi.

Je ne connais pas de musique plus merveilleuse que ce chant qui jaillit des âmes dès qu’on s’agenouille devant leur mystère. Je ne crois pas qu’il puisse y avoir une plus haute source de poésie qu’un univers à l’œuvre avec son créateur, pour susciter en nous une vie divine. Toute rencontre devient une prière, tout regard fait sourdre l’oraison, toute la vie est religion. Je ne sais rien de plus simple ni de plus profond que cette contemplation qui, du matin au soir, découvre une présence divine au cœur des choses.

 

Maurice Zundel